Ararat Mirzoyan a présenté la position de l’Arménie sur la normalisation des relations avec l’Azerbaïdjan au Parlement européen

Le chef de la diplomatie arménienne Ararat Mirzoyan a déclaré au Parlement européen qu’au cours des deux dernières années, l’Arménie avait participé de bonne foi aux négociations visant à normaliser les relations avec l’Azerbaïdjan, fait savoir le site du ministère arménien des Affaires étrangères.

Ararat Mirzoyan a noté qu’après la formation du groupe de travail pour débloquer les communications, l’Azerbaïdjan, interprétant à sa manière la déclaration tripartite du 9 novembre 2020, a commencé à exiger un corridor extraterritorial.

“Je tiens à souligner que l’Arménie est prête à ouvrir toutes les communications dès que l’Azerbaïdjan accepte que les routes fonctionnent sous la souveraineté et la juridiction des États par lesquels elles passent”, a déclaré Ararat Mirzoyan.

Selon lui, des mois après la formation des commissions de délimitation des frontières, “l’Azerbaïdjan a non seulement fait de nouvelles revendications territoriales, mais a également tenté de justifier sa dernière agression avec un faux argument selon lequel la frontière n’avait pas été délimitée”.

D’après Ararat Mirzoyan, l’Arménie a entamé des négociations sur le texte d’un traité de paix avec l’Azerbaïdjan, mais “la grande majorité des propositions fondamentales pour un traité de paix avancées par la partie arménienne ont été rejetées par l’Azerbaïdjan”.

 

Source: Site du ministère arménien des Affaires étrangères

Print Friendly, PDF & Email