Ambassadrice d’Azerbaïdjan en France : “Nous travaillons à un couloir Asie-Europe qui passerait par l’Azerbaïdjan”

Conflits a interviewé l’ambassadrice d’Azerbaïdjan à Paris, Leyla Abdullayeva, sur la situation au Karabakh, les relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ainsi que les accords énergétiques de Bakou avec l’Europe.

Leyla Abdullayeva fait savoir que l’Azerbaïdjan a achevé en août 2022 la construction d’une nouvelle route du corridor de Latchine, prévue par l’accord tripartite de novembre 2020 et que le contingent russe de maintien de la paix est relocalisé dans la nouvelle route.

L’ambassadrice d’Azerbaïdjan en France souligne que la route du corridor de Latchine n’est pas bloquée. “Des camions y circulent, il y a aussi beaucoup de vidéos des gardiens de la paix, des véhicules de la Croix-Rouge qui circulent librement. L’Azerbaïdjan a même créé des hotlines afin de permettre à la population arménienne de téléphoner en cas d’urgence.”

Elle note que depuis le début des manifestations des militants écologistes, cette route ne peut pas être utilisée pour le transport illégal de mines et d’armes.

Leyla Abdullayeva affirme qu’après la fin des hostilités et la signature de l’accord tripartite, l’Azerbaïdjan a pris l’initiative d’une normalisation des relations avec l’Arménie. “Malheureusement, à chaque fois que nos deux pays sont proches de signer un accord, un évènement (des provocations arméniennes) empêche la signature. Par exemple, au mois de septembre, la situation s’est tendue à la frontière azerbaïdjanaise / arménienne. Des Arméniens prévoyaient de poser des mines en Azerbaïdjan, c’est pourquoi nous avons réagi à cette agression en prenant des hauteurs stratégiques à la frontière non délimitée, ces hauteurs qui ont été utilisées par les Arméniens pour cibler les civils azerbaïdjanais.”

Les relations entre l’Azerbaïdjan et l’Europe ont également été abordées lors de l’interview. Au mois de juillet dernier, Bakou a signé un accord gazier avec l’UE. “Notre intention aujourd’hui est de doubler notre exportation de gaz vers l’Europe tout en gardant le même volume exporté vers la Turquie. L’objectif est de passer à 20 ou 22 milliards de m3 par an.”

Leyla Abdullayeva note que l’Azerbaïdjan, la Géorgie, la Roumanie et la Hongrie ont signé, le 17 décembre 2022, un accord pour transporter de l’énergie électrique à destination de l’Europe, grâce à un câble sous-marin sous la mer Noire.

“L’Azerbaïdjan mène une politique étrangère qui est fondée sur les principes fondamentaux du droit international et guidée par la coopération.  Nous profitons des bonnes relations bilatérales avec des pays voisins et nous voulons bien normaliser les relations avec Erevan, y compris la signature du traité de paix, la délimitation des frontières, et l’ouverture de toutes les voix de communications.

En règle générale, nous voulons normaliser la relation avec Erevan pour travailler sur des projets qui feront la prospérité de la région. Nous parlons déjà d’un couloir Asie-Europe qui passerait par l’Azerbaïdjan. Il existe un vrai potentiel pour les pays de ce couloir, car nous sommes une région de transit entre l’Asie et l’Europe. Le transport des biens à travers le Caucase est un projet gagnant-gagnant pour tous les pays de la région”, affirme Leyla Abdullayeva.

 

Source: Conflits

Print Friendly, PDF & Email