Le CCAF appelle l’UE à augmenter le nombre d’observateurs dans le Caucase du Sud

Mourad Papazian et Ara Toranian, coprésidents du Conseil national des Conseils de coordination des organisations Arméniennes de France (CCAF national), ont envoyé, le 25 novembre, aux 705 députés européens une lettre dans laquelle ils dénoncent “les menaces que fait peser le panturquisme sur l’existence même de l’Arménie”, fait savoir le magazine Nouvelles d’Arménie.

Le CCAF estime que l’Arménie est gravement menacée. “Dans le prolongement de la guerre dite des “44 jours” de l’automne 2020, déclenchée par les forces azerbaïdjanaises contre la population arménienne du Haut-Karabakh, une nouvelle page de l’histoire s’est ouverte dans la stratégie d’élimination systématique des populations arméniennes.”

Les coprésidents du CCAF soulignent que la médiation de la Russie n’a pas conduit à un règlement du conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie. Selon eux, l’Azerbaïdjan prépare une nouvelle offensive.

Ils évoquent le rôle de l’UE dans le règlement du conflit. “Lors du premier sommet de la communauté politique européenne à Prague le 6 octobre dernier, grâce aux efforts des présidents Charles Michel et Emmanuel Macron, la mise en place d’une mission civile le long de la frontière avec l’Azerbaïdjan a été actée. Cette mission est opérationnelle depuis le 20 octobre, elle est composée d’une quarantaine d’observateurs pour une durée de deux mois. Nous saluons cette initiative de l’UE et son implication dans le processus de paix. Cependant cette mission nous semble limitée, tant au niveau de l’effectif, que de sa durée. ”

Mourad Papazian et Ara Toranian appellent les députés européens à entreprendre toutes démarches utiles auprès du Conseil européen et de la Commission européenne, en vue d’augmenter le nombre d’observateurs dans la zone de contact, ainsi que la durée de leur mission sur une période plus longue, soutenir la présence d’observateurs en créant une force européenne d’interposition et de maintien de la paix, renforcer l’engagement de l’Europe à remplir activement son rôle de médiateur et de garant de la sécurité de l’Arménie, exiger la libération de tous les prisonniers arméniens détenus dans les prisons d’Azerbaïdjan, d’exiger le retrait complet et inconditionnel de l’armée azerbaïdjanaise, militairement déployée sur 127 km2 du territoire de l’Arménie, pour revenir aux frontières de 1991.

 

Source: Nouvelles d’Arménie

Print Friendly, PDF & Email