Pourquoi la tension monte entre Moscou et Paris autour du conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ?

La tension diplomatique entre la France et la Russie monte autour du Karabakh depuis les accusations d’Emmanuel Macron sur des “manœuvres de déstabilisation” de Moscou dans le Caucase, a fait savoir L’Obs.

Interviewé mercredi 12 octobre sur France 2, dont il était l’invité spécial, Emmanuel Macron a accusé la Russie de “jouer le jeu” de l’Azerbaïdjan avec la complicité de la Turquie, alliée de Bakou. La Russie utiliserait, selon lui, le conflit au Karabakh pour affaiblir l’Arménie.

“C’est une manœuvre de déstabilisation de la Russie qui, dans le Caucase, cherche à créer le désordre pour tous nous affaiblir et nous diviser”, a déclaré le président français sur le plateau de l’émission “l’Évènement”.

Le ministère russe des Affaires étrangères a démenti jeudi 13 octobre les accusations de déstabilisation d’Emmanuel Macron, qu’il a qualifiées de “révoltantes” et “inacceptables”. “Les propos absurdes du président français mettent en doute la capacité de son pays à jouer un rôle constructif” dans la région, a indiqué la diplomatie russe.

La Russie a rappelé son engagement de longue date dans le conflit, en ajoutant qu’à “la différence de la France, la Russie a contribué de manière pratique au règlement du conflit”. Vladimir Poutine juge que son homologue français ne comprend pas le conflit du Karabakh.

Le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, a aussi condamné vendredi les déclarations de Macron, jugées “insultantes, inacceptables, mensongères”. 

“Nous ne voyons plus aucune possibilité pour la France de jouer un quelconque rôle dans la normalisation des relations azerbaïdjano-arméniennes”, a dit Aliyev.

 

Source: L’Obs

Print Friendly, PDF & Email