Nouvelle donne pour les relations franco-turques sous l’effet de l’Ukraine

La ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna s’est rendue en Turquie ce lundi 5 septembre, a fait savoir Les Echos. Elle rencontre son homologue turc dans un contexte de turbulences entre Paris et Ankara depuis plusieurs années.

Selon le journaliste Timour Ozturk, le contexte de la visite de Catherine Colonna à Ankara est marqué par une donne nouvelle : la guerre en Ukraine et le rôle diplomatique de premier plan que joue la Turquie depuis le 24 février.

Interlocuteur commun entre Russes et Ukrainiens, le président turc a organisé à plusieurs reprises des négociations entre Kiev et Moscou en Turquie. La reprise des exportations de céréales ukrainiennes par la mer Noire est le principal succès de cet activisme diplomatique. Samedi, le président turc a proposé à son homologue russe sa médiation dans le dossier de la centrale nucléaire de Zaporijjia. 

“Recep Tayyip Erdogan est le seul dirigeant de l’Otan qui a encore l’oreille de Vladimir Poutine”, souligne Samim Akgönül, directeur du département d’études turques à l’université de Strasbourg.

“Qui a envie que la Turquie soit la seule puissance du monde qui continue à parler à la Russie?”, s’interrogeait Emmanuel Macron devant la conférence des ambassadeurs de France jeudi dernier.

Lors d’une conférence de presse commune avec son homologue, Mevlüt Çavuşoğlu, la patronne de la diplomatie française a souligné que la France respecte, certes, la décision turque de ne pas appliquer les sanctions européennes contre Moscou, mais demande à Ankara de ne pas servir de “plate-forme” pour les contourner.

 

Source: Les Echos

Print Friendly, PDF & Email