L’Azerbaïdjan considère que la guerre est terminée et se projette dans la paix et la coopération avec l’Arménie

Rahman Mustafayev, ambassadeur d’Azerbaïdjan en France, vient d’accorder un entretien à Yannick Urrien au micro de Kernews.

L’ambassadeur précise que l’accord du 10 novembre 2020 n’était pas un “cessez-le-feu” entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, mais une déclaration de paix entre les deux pays.

Rahman Mustafayev dit être convaincu que les relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan seront demain équivalentes à celles que connaissent aujourd’hui la France et l’Italie, ou la France et l’Espagne.

Par ailleurs, Ursula Von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a fait une visite importante à Bakou en reconnaissant que l’Azerbaïdjan est un partenaire fiable et Bakou s’est engagé à doubler ses exportations de gaz. Dans ce partenariat, Rahman Mustafayev estime que la France peut jouer un rôle essentiel pour la reconstruction du Karabakh.

Mustafayev fait savoir que l’Arménie n’a pas donné à l’Azerbaïdjan les véritables cartes des champs de mines. “Nous avons déjà perdu 240 citoyens azerbaïdjanais qui ont explosé sur les mines posées par les Arméniens.”

Selon lui, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est résolu. “En 1993, quatre résolutions du Conseil de sécurité ont été adoptées et les principales d’entre elles ont été réalisées : c’est-à-dire que sept districts de l’Azerbaïdjan anciennement occupés par l’Arménie ont été libérés. La cause principale de la guerre a été éliminée et le conflit est donc résolu.”

D’après l’ambassadeur, la France pourrait jouer un rôle important dans le processus de normalisation des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

“Nous considérons la France comme un élément essentiel du format de Bruxelles, parce que c’est une grande puissance diplomatique et économique. Elle peut avoir une influence efficace sur le processus de normalisation des relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. La France joue un rôle dans le renforcement des mesures de confiance. La France peut aussi jouer un rôle important dans la reconstruction de notre région. Nous sommes bien disposés pour un dialogue actif et une coopération efficace avec Paris”, note l’ambassadeur.

 

Source: Kernews (radio généraliste de Bretagne-Sud)

Print Friendly, PDF & Email