Ukraine : les bénéfices et les responsabilités turcs dans l’accord sur les céréales

Premier navire de céréales à quitter un port ukrainien depuis le début de la guerre, le Razoni, est attendu au large d’Istanbul, rapporte RFI, mardi 2 août.

La journaliste Anne Andlauer analyse le rôle de la Turquie en tant que principal médiateur dans l’accord qui a permis ce déblocage.

Dans sa première réaction au départ du Razoni du port d’Odessa, le chef de l’Etat turc Recep Tayyip Erdogan a salué un succès pour son pays et vanté l’efficacité du Centre de coordination conjointe basé à Istanbul.

En plus d’un rôle de premier plan géographique et diplomatique, la Turquie y trouve un intérêt stratégique, observe Serhat Güvenç, enseignant à l’université Kadir Has d’Istanbul, spécialiste des questions de défense et de politique étrangère : “Avoir négocié une solution totalement “civile”, et n’avoir impliqué aucun pays étranger aux rives de la mer Noire, c’est l’un des points les plus importants de ce succès pour la Turquie.”

L’Ukraine compte sur la Turquie pour qu’Ankara fasse pression sur Moscou et l’engage à respecter sa parole. “Si la Russie renonce à appliquer l’accord et utilise ces corridors maritimes pour mener une opération amphibie contre Odessa ou une autre ville ukrainienne sur la mer Noire, la Turquie portera une très lourde responsabilité”, estime Serhat Güvenç.

 

Source: RFI

Print Friendly, PDF & Email