“L’ambigu soutien de la Turquie à l’Ukraine”: analyse du journaliste Timour Ozturk

Le journaliste Timour Ozturk revient sur la politique étrangère de la Turquie dans son article publié dans Les Echos mercredi 24 août.

Timour Ozturk souligne que “la position d’équilibriste” d’Erdogan tient depuis six mois. “La Turquie condamne l’invasion russe et livre des drones à l’Ukraine. Mais Recep Tayyip Erdoğan ménage Moscou et conserve un lien particulier avec Vladimir Poutine”, écrit le journaliste. 

“Dans une guerre très médiatisée, les Turcs sont très doués pour communiquer sur chaque succès, même partiel, et faire fructifier l’activisme de leurs diplomates”, observe Dorothée Schmid, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient à l’Institut français des relations internationales (Ifri).

Timour Ozturk fait remarquer que le président turc a condamné dès le début de la guerre une “injuste et illégale” agression russe. Ankara a également fermé la mer Noire à la flotte russe. Mais en revanche, la Turquie n’applique pas les sanctions économiques contre la Russie.

“Début août, en visite à Sotchi pour y rencontrer Vladimir Poutine, le président turc a accepté de payer une partie du gaz russe en roubles. Les plus de 100.000 Ukrainiens réfugiés en Turquie croisent les oligarques russes en vacances, à l’abri de toute poursuite. L’afflux d’argent est tel que les Russes se classent désormais premiers acquéreurs étrangers de biens immobiliers en Turquie”, note  Ozturk.

“Kiev n’a aucun levier pour infléchir la position turque, les Ukrainiens ne peuvent se permettre d’exiger quoi que ce soit”, analyse Dorothée Schmid.

“Recep Tayyip Erdoğan tente de préserver son économie en crise des effets de la guerre. Bien que proche de Kiev, la Turquie doit composer avec Moscou sur de nombreux autres points de tensions, au premier rang desquels le dossier syrien”, affirme l’auteur de l’article.

 

Source: Les Echos

Print Friendly, PDF & Email