La Turquie veut renouer le dialogue avec Damas

La Turquie veut renouer le dialogue avec Damas, affirme le journaliste Timour Ozturk dans son article publié lundi 29 août dans Les Echos.

La volonté turque de renouer avec Damas s’est d’abord exprimée par la voix du ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu. Le ministre a avancé le 11 août que l’opposition et le régime devaient se réconcilier, provoquant un tollé chez les militants anti-régime dans les zones du Nord syrien occupées par l’armée turque.

Mevlüt Çavuşoğlu a depuis révélé avoir rencontré son homologue syrien en octobre 2021 en marge d’un sommet à Belgrade. C’est ensuite Devlet Bahçeli, le chef du Parti d’action nationaliste et principal partenaire politique de Recep Tayyip Erdoğan, qui a plaidé, à son tour, pour un rétablissement des relations avec Bachar al-Assad.

“Depuis 2015, l’alliance de Recep Tayyip Erdoğan avec le MHP, la ligne ultranationaliste a gagné du terrain sur la vision islamiste des affaires étrangères”, analyse Solène Poyraz, spécialiste des conséquences de la crise syrienne sur la Turquie depuis 2011. “Le soutien turc aux Frères musulmans ne dicte plus la politique turque au Moyen-Orient comme l’ont montré par exemple les efforts de normalisation diplomatiques avec l’Egypte”, observe la chercheuse.

“Une reprise du dialogue avec Damas visera sûrement à constituer un front commun avec le régime syrien contre les forces kurdes”, estime Solène Poyraz.

“Les obstacles sont encore nombreux sur le chemin d’une réconciliation. La Russie soutient aujourd’hui un rapprochement, mais les rapports entre Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdoğan sont fragiles. L’influence de l’Iran à Damas est aussi un élément à prendre en compte, car les relations sont très fraîches entre Téhéran et Ankara”, affirme Dorothée Schmid, responsable du programme Turquie contemporaine et Moyen-Orient à l’Institut français des relations internationales (IFRI).

 

Source: Les Echos

Print Friendly, PDF & Email