Ara Toranian : “L’Arménie paye au prix fort ses rêves de liberté”

L’article du journaliste Ara Toranian “Arménie : les aléas des révolutions de couleur” a été publié, lundi 22 août, dans la revue La Règle du jeu

“Deux ans après la guerre, les nouvelles d’Arménie ne sont pas bonnes”, affirme Ara Toranian. 

Il note que “l’euphorie” après la révolution arménienne de 2018 est passée et que “l’Arménie, comme avant elle l’Ukraine et la Géorgie, paie au prix fort ses rêves de liberté”. 

Selon lui, la Russie “a assisté en spectatrice à la défaite de ses alliés arméniens”. 

D’après Ara Toranian, “il est même tout à fait possible que cette neutralité ait pu être auparavant négociée avec l’Azerbaïdjan, ami traditionnel de la Russie, ainsi qu’avec la Turquie, dans le cadre des tractations obscures entre Poutine et Erdogan”.

Toranian reproche à l’Occident de ne pas avoir déclaré sa solidarité avec l’Arménie pendant la guerre du Karabakh. Selon lui, le soutien à l’Arménie pourrait conduire à une aggravation des relations avec la Turquie, alliée de l’OTAN. “Personne n’a visiblement souhaité courir ce risque. C’est ainsi que l’Arménie s’est retrouvée totalement isolée”, affirme Ara Toranian.

Le journaliste reproche également à Ursula von Der Leyen d’avoir signé le contrat de fourniture de gaz avec l’Azerbaïdjan.

“À la fois lâchée par son supposé protecteur russe, pour qui elle n’est plus qu’une monnaie d’échange dans ses tractations avec Erdogan, ignorée par un Occident aussi médusé que tétanisé par l’arrogance du président turc, l’Arménie est plus que jamais réduite à ne pouvoir compter que sur ses maigres forces. Ou, s’il est encore temps, à devoir prêter clairement allégeance à Poutine, en renonçant à tous ses rêves de liberté au nom de la sécurité”, écrit Ara Toranian.

 

Source: La Règle du jeu

Print Friendly, PDF & Email