Yves Bourdillon : la Turquie est redevenue fréquentable

Le journaliste Yves Bourdillon revient sur la politique extérieure de la Turquie dans un article publié jeudi 14 avril dans le journal Les Echos.

Selon Yves Bourdillon, “la Turquie revient en grâce auprès de ses voisins et des pays occidentaux”. Le journaliste fait remarquer que “la Turquie est le seul pays à avoir réussi à s’imposer comme médiateur entre Kiev et Moscou”.

L’auteur de l’article souligne que la Turquie discute de la normalisation des relations avec l’Arménie. Les deux pays sont en désaccord sur le Haut-Karabakh, une région de l’Azerbaïdjan contrôlée par Erevan depuis l’effondrement de l’URSS. En signe de solidarité avec Bakou, la Turquie a fermé sa frontière terrestre avec l’Arménie en 1994.

Après la reprise de la majeure partie du Haut-Karabakh par l’armée azerbaïdjanaise à l’automne 2020, le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a dû prendre la décision d’entamer des pourparlers de paix lors d’une rencontre avec le président azerbaïdjanais à Bruxelles. 

Yves Bourdillon souligne que les relations entre la Turquie et les Etats-Unis s’améliorent. “L’administration Biden est prête à lui livrer des chasseurs F16 et a apprécié les offres de bons offices d’Ankara en Afghanistan après le piteux retrait américain l’été dernier.”

D’après Bourdillon, “les liens avec l’UE risquent toutefois de rester longtemps délicats en raison du dossier des migrants syriens et, surtout, du fait qu’Ankara voit s’ouvrir un processus d’adhésion accéléré en faveur de l’Ukraine, quand sa propre candidature est bloquée depuis quinze ans”.

 

Source: Les Echos

Print Friendly, PDF & Email