Un groupe d’Azerbaidjanais a adressé un message à Macron

Un groupe d’Azerbaidjanais a adressé un message à Emmanuel Macron, a fait savoir l’agence d’information d’Etat de l’Azerbaïdjan AZERTAC

Parmi les signataires figurent les politiciens azerbaïdjanais Toural Gandjaliyev, Etibar Aliyev, Vugar Baïramov, le juriste Zaour Sadigbeyli

Les signataires condamnent la visite illégale de Valérie Pécresse au Karabakh. 

“Au moment où des mesures sont prises pour signer un accord de paix, normaliser les relations entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie et instaurer la confiance entre les deux peuples, la visite illégale de Mme Pécresse et sa tentative de s’en servir comme un outil dans la campagne électorale française risquent fort d’attiser les tensions et de compromettre les efforts de la paix dans une région qui, sortie récemment d’une guerre, cherche à se reconstruire. Mme Pécresse a-t-elle besoin de cela pour mobiliser un segment de l’électorat ? Il nous semble qu’aucun enjeu de politique intérieure ne puisse justifier une démarche générant de telles conséquences. Nous condamnons donc fermement cet acte irresponsable”, écrivent les auteurs du message.

Les Azerbaïdjanais soulignent que Valérie Pécresse et certains de ses conseillers, ainsi que des membres de la diaspora arménienne en France, tentent de donner une dimension religieuse aux différences entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, incitant ainsi à la haine envers le peuple azerbaïdjanais. 

Ils font remarquer que pour venir en Azerbaïdjan, Valérie Pécresse aurait dû s’adresser aux autorités compétentes de l’Azerbaïdjan et solliciter une autorisation d’entrée sur le territoire national. “Son passage clandestin sur le territoire azerbaïdjanais sans une telle autorisation constitue une violation flagrante de la législation azerbaïdjanaise, ainsi que des exigences de la législation nationale française et de ses engagements tant internationaux que bilatéraux.”

Les signataires appellent Emmanuel Macron à prendre les mesures nécessaires pour prévenir de telles visites illégales et éviter que de tels cas ne se reproduisent à l’avenir.

 

Source: AZERTAC

Print Friendly, PDF & Email