Zemmour, Pécresse… pourquoi la communauté arménienne est courtisée pendant la campagne présidentielle ?

Après Éric Zemmour, candidat à la présidentielle et polémiste d’extrême droite, Valérie Pécresse (LR), en lice également pour être élue présidente de la République, s’apprête à se rendre en Arménie la semaine prochaine, a fait savoir Le Dauphiné Libéré.

Les Valentinois d’origine arménienne s’expriment sur les déplacements des candidats à la présidentielle dans le pays.

“Si cela incite d’autres candidats à s’y rendre, tant mieux!”, a dit Joseph Dimijian, l’un des Drômois d’origine arménienne qui a créé le Centre du patrimoine Arménien de Valence. “J’ai suivi de façon assidue le déplacement d’Éric Zemmour, qui a été analysé dans la presse arménienne et française. J’ai remarqué des réactions très fortes, d’intellectuels et d’associations, qui s’insurgeaient.”

Les Valentinois ne sont pas d’accord avec Éric Zemmour. “On n’est pas dans une guerre de civilisation, et encore moins de religions ! Il n’y a qu’à regarder les alliances de l’Arménie avec l’Iran chiite.”

“L’Iran est l’un des meilleurs amis stratégiques de l’Arménie, il n’est donc pas uniquement question de religion”, affirme le journaliste et caricaturiste Krikor Amirzayan, habitant de Bourg-lès-Valence.

“Que tous les hommes politiques français fassent de même et se rendent sur place!”, dit Krikor Amirzayan. “Aujourd’hui, on est en guerre ouverte contre l’Azerbaïdjan, qui a annexé le Haut-Karabakh, et il est dans l’intérêt de l’Arménie que l’on en parle!”

En France, la diaspora arménienne est estimée à plus de 600 000 personnes. “Une réserve de voix non négligeable pour un candidat à la présidentielle”, fait remarquer Amirzayan.

 

Source: Le Dauphiné Libéré

Print Friendly, PDF & Email