Selon la Russie, la Turquie serait sur le point d’acquérir un second lot de systèmes de défense aérienne S-400

Le journaliste Laurent Lagneau revient sur le sujet de la signature éventuelle d’un nouveau contrat entre la Russie et la Turquie sur l’achat du système S-400 dans un article publié dans le journal en ligne Opex360 mercredi 25 août.

Quand, en 2017, la Turquie a signé la commande de systèmes russes de défense aérienne S-400 “Triumph” pour 2,5 milliards de dollars, la Turquie engagea un bras de fer avec les États-Unis, ces derniers estimant que de tels équipements ne pouvaient qu’être incompatibles avec ceux utilisés par les pays membres de l’Otan.

 Les premiers systèmes russes ont été livrés aux forces turques en juillet 2019. La Turquie a été exclue du programme d’avions de combat F-35, dans le cadre duquel elle avait commandé 100 appareils. En décembre 2020, au titre de la loi dite CAATSA (Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act), l’administration américaine a pris des mesures à l’encontre de l’industrie turque de l’armement.

Les autorités turques affirment que les systèmes S-400 ne sont pas connectés à ceux de l’Otan.  La Turquie fait remarquer que d’autres alliés, comme la Grèce, la Bulgarie et la Slovaquie, mettent également en œuvre des batteries russes de défense aérienne de type S-300 sans que les États-Unis n’y trouvent à redire.

Depuis, la Turquie a fait une croix sur sa participation au programme F-35.

“Au sujet des S-400, j’ai réitéré notre position au président américain. Nous avons convenu d’activer nos canaux de dialogue d’une manière efficace et régulière digne de deux alliés et partenaires stratégiques et nous avons souligné la nécessité de dynamiser les mécanismes existants de coopération et de consultation régionale”, avait déclaré Erdogan en juin, lors d’une rencontre avec Joe Biden.

Lundi 23 août, en marge du forum de l’armement “Armée 2021”, qui se tient actuellement dans les environs de Moscou, Alexandre Mikheev, le directeur général de Rosoboronexport, l’agence russe chargée des exportations d’équipements militaires, a assuré que les négociations concernant la nouvelle commande turque du système S-400  étaient entrées dans leur phase finale.

“Quant au système S-400, les consultations se poursuivent. Je pense que dans un avenir proche, nous allons signer un contrat”, a affirmé Mikheev, alors qu’il était interrogé sur les discussions avec la Turquie sur la livraison de batteries de défense aérienne supplémentaires.

Le propos du directeur général de Rosoboronexport a été démenti par un responsable turc – anonyme – auprès de Middle East Eye. Celui-ci a parlé d’une “opération de désinformation” et d’une “déclaration trompeuse” visant à mettre la Turquie dans l’embarras alors que ce pays connaît des difficultés économiques et tente de régler ses différends avec les États-Unis.

“Il n’y a aucune évolution dans les discussions pour acquérir un second lot de systèmes S-400. Les Russes essaient d’empoisonner nos relations avec les États-Unis”, a affirmé ce responsable turc.

 

Source: Opex360 (journal en ligne spécialisé sur l’actualité militaire et géopolitique)

Print Friendly, PDF & Email