La députée Carole Bureau-Bonnard a été choquée de voir les villes et villages azerbaïdjanais détruits par les Arméniens

La députée Carole Bureau-Bonnard a partagé ses impressions de ce qu’elle avait vu dans les territoires azerbaïdjanais libérés de l’occupation arménienne, dans un interview à l’agence de presse azerbaïdjanaise Trend, mercredi 4 août. 

Selon Bureau-Bonnard, le but de la visite était de voir les territoires libérés de l’Azerbaïdjan de ses propres yeux. 

“L’objectif était de découvrir les territoires libérés. Nous étions venus au mois de mars dernier pour pouvoir d’abord rencontrer M. Soltan Mammadov, chef du groupe de travail pour les relations interparlementaires Azerbaïdjan-France, et puis rencontrer la présidente du parlement azerbaïdjanais. Mais nous n’avions pas pu, puisqu’il neigeait, aller voir sur place dans quel état se trouvaient ces territoires”, a dit la députée.

Dans le cadre de la visite diplomatique, Carole Bureau-Bonnard s’est rendue dans les régions d’Agdam et de Fizuli. La députée s’est dit choquée de voir des villes et villages azerbaïdjanais en ruines. “La destruction de maisons, de mosquées, de sites du patrimoine culturel n’a aucune justification”, a-t-elle déclaré.

La députée a fait remarquer que le refus de la partie arménienne de fournir à l’Azerbaïdjan des cartes des champs de mines entravait le processus de la reconstruction des territoires libérés.

Carole Bureau-Bonnard a noté qu’il existait des tensions dans les relations franco-azerbaïdjanaises. “Je pense que les deux parties essaient de travailler ensemble et de négocier en parallèle”, a déclaré la députée. “Comme nous le savons tous, il existe des tensions dans les relations diplomatiques et intergouvernementales. Le gouvernement français travaille à normaliser ces relations”.

 

Source: Trend

Print Friendly, PDF & Email