Le Premier ministre arménien, un héros populaire malgré la guerre perdue

Nikol Pachinian a largement remporté les législatives anticipées, a fait savoir L’Express lundi 21 juin.

En février, Pachinian s’est retrouvé confronté à une large frange de l’élite politique mais aussi à l’état-major de son armée. Il prend alors la tête de manifestations pour dénoncer une “tentative de coup d’Etat”. Peu de temps après, il se décide de convoquer des élections anticipées. Pour lui, ce scrutin doit empêcher le retour de l’ancien président Robert Kotcharian ou l’ex-Premier ministre Serge Sarkissian.

“Ils ne peuvent pas nous faire peur, nous détruirons ce gang lors des élections”, disait-il lors de la campagne, à l’adresse des dirigeants de l’opposition.  

Aux yeux de nombreux Arméniens, l’opposition est une classe corrompue et déchue qui s’est enrichie pendant des décennies aux dépens du peuple. Pour se démarquer d’eux, Pachinian cultive toujours un contact direct avec ses administrés, dans la rue comme sur les réseaux sociaux.  

A ceux qui lui reprochent d’avoir perdu la guerre du Haut-Karabakh, il répond que l’armée arménienne était affaiblie par des décennies de corruption qui l’ont précédé. 

 

Source: L’Express

Print Friendly, PDF & Email