Turquie: les dirigeants de l’UE plaident pour une approche très progressive et conditionnée

La présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel ont rencontré mardi 6 avril Recep Tayyip Erdogan dans son palais présidentiel à Ankara, a fait savoir RFI. Leur visite visait à encadrer la détente amorcée entre la Turquie et l’UE après une année 2020 difficile. Les dirigeants de l’UE ont plaidé pour une approche très progressive, conditionnée à l’attitude des autorités turques dans les mois à venir. 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a réaffirmé la volonté de l’UE de renouer le dialogue avec la Turquie, tout en usant de beaucoup de prudence et de conditionnel. “Nous tendons la main, c’est maintenant à la Turquie de saisir cette opportunité”, a renchéri le président du Conseil, Charles Michel.

Les deux responsables de l’UE étaient venus exposer à Recep Tayyip Erdogan le cadre de cet éventuel réchauffement et les bénéfices que la Turquie pourrait en tirer. Des bénéfices essentiellement économiques, qui passeraient notamment par une modernisation de l’union douanière entre la Turquie et l’UE.

L’Europe propose aussi de reprendre le dialogue à haut niveau suspendu en 2019 sur certains sujets comme l’environnement ou la santé, et de poursuivre son soutien financier aux quatre millions de réfugiés installés en Turquie.

Mais Ursula von der Leyen et Charles Michel ont été clairs: l’Europe n’avancera que si la Turquie avance et ne ravive pas les tensions en Méditerranée orientale. Les dirigeants de l’UE ont aussi insisté sur le respect des droits de l’homme, qualifié de “priorité absolue”.

Le président du Conseil a assuré avoir transmis au président turc “les profondes inquiétudes” de l’UE, citant notamment le retrait récent de la convention d’Istanbul contre les violences faites aux femmes.

 

Source: RFI

Print Friendly, PDF & Email