Le premier ministre arménien Pachinian en quête de l’appui russe pour sa réélection

Nikol Pachinian a été reçu mercredi 7 avril à Moscou par le président russe, a fait savoir Le Figaro.

Devenu fort impopulaire, celui qui, porté au pouvoir en 2018 par une “révolution de velours”, incarnait l’espoir d’un renouveau, se débat désormais pour rester à la tête d’un pays traumatisé.

Manifestations et appels au départ du chef du gouvernement se sont succédé. Certains l’accusent d’avoir entraîné l’Arménie dans une nouvelle guerre désastreuse avec les Azéris pour le contrôle du Haut-Karabakh. D’autres le considèrent comme un “traître” pour avoir signé, en novembre dernier, un accord de cessation des hostilités, parrainé par Moscou, et très défavorable à son pays. La Russie déploie depuis des troupes de maintien de la paix au Haut-Karabakh.

En Arménie, le ressentiment a crû vis-à-vis de la Russie, taxée de duplicité, elle qui vend également des armes à l’Azerbaïdjan d’Ilham Aliev. Mais beaucoup d’Arméniens sont conscients que si Moscou n’avait pas sifflé la fin de la partie, c’est la totalité du territoire du Haut-Karabakh qui serait passé sous la coupe de Bakou.

Dans un tel contexte, Nikol Pachinian est venu à Moscou chercher l’appui de Vladimir Poutine. Selon les observateurs, le Kremlin ne devrait pas manquer de poser ses conditions à Nikol Pachinian.

Le grand rival de Nikol Pachinian, l’ex-président arménien Robert Kotcharian, était lui aussi à Moscou récemment et a eu des contacts avec Poutine. 

“Moscou ne soutiendra personne en particulier, cela ne fait aucune différence puisque, dans tous les cas, Erevan maintiendra les relations avec la Russie, son principal allié”, affirme Vladimir Evseev, expert de l’Institut des pays de la CEI.

 

Source: Le Figaro

Print Friendly, PDF & Email