Le déminage du Haut-Karabakh prendra des décennies

La surface totale des territoires qui restent à déminer au Haut-Karabakh et dans les territoires adjacents, après trente ans de conflit avec l’Azerbaïdjan, est gigantesque, a fait savoir Courrier International mardi 6 avril.

17 636 470 m2 doivent être déminés dans le Haut-Karabakh et dans les territoires adjacents. 

Le déminage avance. Depuis la fin de la deuxième guerre du Haut-Karabakh, les Casques bleus russes avaient, à la fin mars, libéré des mines et autres engins non explosés 1 873 hectares de terrains, 575 km de routes et 1 658 maisons, rapporte le site arménien Aysor.am.

Le journal azerbaïdjanais Zerkalo.az informe de son côté que, avec les financements des Nations unies, l’Agence azerbaïdjanaise du déminage a désamorcé 800 000 objets non explosés depuis 2000.

Mais le chemin à parcourir reste long. “Champs de mines, engins non explosés et engins artisanaux représentent un problème pour tout territoire post-conflit”, constate le site Sputnik Latvija, avant de rappeler que le déminage “nécessite des millions de dollars et un long travail de fourmi pour que les terrains dangereux puissent être rendus à l’agriculture”.

La difficulté supplémentaire au Haut-Karabakh est que personne ne connaît la localisation exacte de tous les champs de mines constitués pendant les trente années de ce conflit. 

 

Source: Courrier International 

Print Friendly, PDF & Email