Paris prend acte du changement de ton d’Ankara mais demande des actes

La Turquie a cessé d’insulter la France et l’Union européenne mais le fil reliant Paris et Ankara restera ténu tant qu’elle ne prendra pas des mesures concrètes, a prévenu le ministre français des Affaires étrangères, rapporte l’Orient-le Jour mercredi 3 mars. 

Paris et Ankara sont en désaccord sur de nombreux dossiers tels que le conflit en Libye, les récents affrontements au Haut-Karabakh, les différends territoriaux en Méditerranée orientale ou l’islam en France.

Les deux pays ont toutefois dit travailler à la normalisation de leurs relations et les deux chefs d’Etat se sont entretenus mardi pour poursuivre le dialogue.

“Il n’y a plus d’insulte, le discours est rassurant et aussi dans les faits il y a deux éléments nouveaux. Il n’y a plus de bateaux dans les eaux chypriotes et une volonté d’ouvrir les discussions avec la Grèce mais c’est fragile. La liste de désaccords est très longue”, a déclaré mardi soir Jean-Yves Le Drian lors d’une audition parlementaire. “La liste des contentieux est très grande mais nous voulons des relations saines avec la Turquie. Tout cela nécessite des actes. On pourrait se positionner quand ces actes sont posés, pour l’instant ce sont des actes verbaux”, a-t-il ajouté.

 

Source: l’Orient-le Jour 

Print Friendly, PDF & Email