Nouvelle mobilisation en Arménie

La mobilisation anti-Pachinian d’ampleur une nouvelle fois devant le parlement à Erevan. La crise politique s’enlise en Arménie, l’opposition refusant toujours la tenue de nouvelles élections anticipées, rapporte RT France mercredi 3 mars.

Le reporter de RT France sur place, David Khalifa explique la situation:

“Nouveau rassemblement anti-Pachinian sous haute tension à Erevan. Un millier de personnes présentes devant le parlement encadrées par un important dispositif de sécurité, à chaque coin de rue ou presque à travers la ville, on peut apercevoir des patrouilles de police, à savoir que devant chaque bâtiment administratif la sécurité a été renforcée et ici autour du parlement plus d’une dizaine de cars de policiers a déployé afin d’assurer la sécurité du parlement. Un sniper était même disposé à l’une des fenêtres du bâtiment gouvernemental. La raison – la présence de Nikol Pachinian au sein du parlement arménien. Il répondait aujourd’hui aux questions des députés concernant la crise politique que traverse le pays. 

Le premier ministre arménien a réitéré sa demande d’élections législatives anticipées. Une demande restée pour l’heure sans réponse de la part de l’opposition parlementaire, mais qui ne satisfait toujours pas les nombreux manifestants présents à Erevan depuis jeudi dernier. Leur objectif est toujours le même – le départ de Nikol Pachinian, considéré comme un traître depuis la défaite militaire dans le Haut-Karabakh vécue comme une véritable humiliation nationale pour la plupart des manifestants présents devant le parlement arménien. Leur souhait – un gouvernement de transition jusqu’aux prochaines élections l’an prochain et les élections anticipées sans la présence de Nikol Pachinian. 

La manifestation s’est en tout cas déroulée sans heurts une nouvelle fois devant le parlement armenien malgré les nombreuses provocations qui ont émergé sur les réseaux sociaux d’où ce dispositif de sécurité beaucoup plus conséquent que les précédentes journées. A savoir que le président arménien a reçu les leaders de l’opposition pour éluder la question du limogeage du chef d’état-major de l’armée. Une demande faite par le Premier ministre, refusée à deux reprises par le président. L’opposition a demandé à Armen Sarkissian de porter l’affaire devant le Conseil constitutionnel. Le problème – il ne peut pas contourner la loi arménienne même en saisissant ce Conseil qui ne peut rien faire, ainsi c’est inscrit dans la Constitution arménienne. Le chef de l’Etat se retrouve face à une impasse et va devoir accepter cette demande du Premier ministre arménien. Le chef d’état-major devrait a priori quitter son poste avant la fin de la semaine ce qui devrait accentuer un peu plus la crise politique que traverse le pays arménien.”

L’Info avec Stéphanie De Muru – Mercredi 3 mars 2021 : Arménie, Navalny, Liban

 

Source: chaîne Youtube de RT France

Print Friendly, PDF & Email