En Turquie, l’opposition de gauche pro-kurde est confrontée à “une hostilité énorme”

Le parquet d’Ankara a réclamé contre la députée turque Hüda Kaya 38 fois la prison à vie, a fait savoir Mediapart mardi 30 mars.

Selon l’acte d’accusation, elle a lancé de nombreux appels à la population l’enjoignant de sortir dans la rue et de mener des actions terroristes durant les évènements de Kobané des 6-8 octobre 2014. Cette ville kurde de Syrie est connue pour sa résistance acharnée contre Daesh. 

Le bilan des trois jours d’émeutes est lourd: 37 morts, selon les procureurs, qui imputent la responsabilité des violences aux dirigeants du Parti démocratique des peuples (HDP), accusés de tentative de destruction de l’unité de l’État et de l’intégrité du pays, de meurtre, de tentative de meurtre et de pillage.

Hüda Kaya, qui était alors membre du comité central du HDP, est appelée à comparaître le 26 avril à Ankara pour la première audience de ce procès, aux côtés de 107 co-accusés.

Dans la liste des prévenus il y a neuf députés et ses anciens coprésidents, Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, et les chefs de guerre de la rébellion armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), comme Murat Karayilan ou Zübeyir Aydar.

Hüda Kaya a diffusé sur les réseaux sociaux la vidéo d’un gendarme détenu par le PKK depuis trois ans et a appelé toutes les bonnes volontés à l’aide pour obtenir sa libération. Une prise de risque que la députée ne regrette pas. “Même si cela a entraîné des conséquences pour nous, cela a permis que l’opposition prenne conscience de la situation et ne se range pas, cette fois-ci, du côté du pouvoir avec la même naïveté qu’elle l’a fait lors d’opérations précédentes”, explique l’élue.

“De toute façon, vous pensez qu’en tant que députée je suis libre? À chaque pas que je fais, je suis confrontée à une hostilité énorme, à une soif de lynchage. Je le vis partout, à l’aéroport, dans la rue, à l’arrêt de bus”, affirme l’élue du Parti HDP.

 

Source: Mediapart

Print Friendly, PDF & Email