Turquie: le président Erdogan face à une fronde de la jeunesse

En nommant par décret les recteurs des facultés, dont celui de la prestigieuse université du Bosphore, le président turc Recep Tayyip Erdoğan s’est aliéné une partie de la jeunesse. Malgré la répression et les quelque 600 arrestations depuis le début des manifestations contre la mainmise du pouvoir sur l’éducation, la fronde se propage à travers le pays. L’historien, Jean-François Colosimo et Slimane Zeghidour, éditorialiste à TV5Monde, analysent la situation sur TV5Monde.

Selon Jean-François Colosimo, “depuis le coup d’Etat raté de 2016, Erdogan a mis en prison les élites. Donc, il a vidé la Turquie en quelque sorte, de toutes ces forces de résistance. Mais voilà aujourd’hui il y a ces jeunes qui se révoltent. Ces jeunes parlent de la question LGBT, de la question arménienne, de la question kurde. Ils touchent au mythe de la construction nationale entamé par Kémal et que poursuit Erdoğan.

Recep Tayyip Erdoğan a été pour les turcs deux choses: l’homme qui portait la promesse d’entrer dans l’Europe pendant longtemps et le père de la prospérité. Il a accompagné l’émergence de ce qu’on appelait “les tigres anatoliens”. C’est fini. La livre turque a décroché. Le chômage est là. Il y a un véritable problème et c’est pour cela que la politique des sanctions aurait pu être efficace pour éviter par exemple, la persécution à laquelle il va se livrer des têtes pensantes de ce mouvement d’étudiants.”

D’après Slimane Zeghidour, “Erdoğan s’est attaqué aux grands corps de l’Etat, sur lesquels il s’était appuyé pour arriver au pouvoir. Là, il s’attaque à l’université et à un des symboles des pépinières des élites turques, c’est l’université francophone de Galatasaray fondée à l’époque de Napoléon III. C’est une réponse à Emmanuel Macron. 

Il y a beaucoup d’entreprises turques à l’étranger. Les grands travaux d’infrastructures en Russie sont faits par des jeunes turcs. Chaque fois qu’Erdoğan se brouille avec un pays, ce sont autant de contrats qui sont annulés.”

 

Source: TV5Monde

Print Friendly, PDF & Email