Hovannes Guevorkian, représentant du Haut-Karabakh en France, est l’invité de La Grande Interview

Hovannes Guevorkian, représentant du Haut-Karabakh en France est l’invité de La Grande Interview ce mercredi 17 février. 

“Le Haut-Karabakh ou l’Artsakh n’est pas un pays reconnu par la France. Je représente ce pays autodéterminé en France. 

Il y a eu une guerre récemment qui s’est soldée le 9 novembre dernier par une défaite de l’Artsakh et de l’Arménie qui soutenait l’Artsakh. Depuis, il y a eu une situation assez difficile, assez compliquée dans cette région parce que durant la guerre à peu près trois quarts de la population était obligés de prendre le chemin de l’exode. Le territoire du Haut-Karabakh a été amputé de 60-70%. Plus de la moitié du territoire a disparu et naturellement, les arméniens qui vivaient sur ces territoires ne peuvent plus y retourner de peur de représailles par le pouvoir azerbaïdjanais.

Le Haut-Karabakh est une petite région qui avait 150 mille habitants avant la guerre et à la suite de la guerre seulement 110 mille aujourd’hui sont présents au Haut-Karabakh parce que tout le monde ne peut revenir pour une simple raison: certaines maisons ont été attribuées à l’Azerbaïdjan.

La Turquie et l’Azerbaïdjan s’appellent mutuellement “une seule nation répartie en deux Etats”. La Turquie depuis 30 ans soutient l’Azerbaïdjan sur tous les plans. Aujourd’hui le président Erdogan s’oppose comme leader à la fois du monde turcophone et du monde musulman et c’est dans cette logique que la Turquie essaie d’avoir plus d’influence et plus de présence en Azerbaïdjan qui est à la fois turcophone et une terre fertille. C’est vrai que la Turquie, cette fois-ci, a joué un rôle primordial. La Turquie s’est installée au Haut-Karabakh parce que le pouvoir turc a aujourd’hui une politique expansionniste.

La Russie a déployé des soldats de la paix. De fait, ce sont les seules sources qui protègent les arméniens et dans ces conditions le rôle de ces forces russes est vraiment salvateur parce que ces forces permettent aux arméniens aujourd’hui de vivre dans une sécurité. Ses forces sont sur le territoire du Haut-Karabakh pendant 5 années renouvelables encore 5 années. C’est une période pendant laquelle les arméniens doivent se renforcer autant qu’ils peuvent. 

J’attends que la République d’Artsakh ou la République du Haut-Karabakh soit reconnue par la France et par les pays européens. La protection de la population arménienne d’Artsakh ne peut pas se faire par magie. Cette protection peut se faire d’une part, par les armes, et d’autre part, par la force du droit international. Le droit international aujourd’hui demande à ce que la population arménienne du Haut-Karabakh soit mise sous la protection internationale. Sans cette protection internationale il y a un véritable risque qu’il y ait un nettoyage etnique.”

Hovhannès Guevorkian, représentant du Haut-Karabagh en France, est l'invité de La Grande Interview

 

Source: chaîne Youtube de La Provence

Print Friendly, PDF & Email