Géorgie: manifestation à Tbilissi après l’arrestation d’un des chefs de l’opposition

Mardi 23 février, les protestataires étaient réunis devant le siège du gouvernement, à Tbilissi, pour dénoncer l’interpellation de Nika Melia et exiger des élections anticipées, a fait savoir l’Express.

Melia, le chef du principal parti d’opposition géorgien, le Mouvement national uni (MNU), a été extirpé mardi matin des locaux de sa formation politique, dans la capitale, pour être placé en détention provisoire. Des centaines de policiers antiémeutes ont alors utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et des dirigeants de tous les partis d’opposition, qui campaient devant le bâtiment depuis près d’une semaine. Des dizaines de personnes soutenant l’opposition ont également été interpellées au cours de cette intervention des forces de l’ordre.

Le ministère géorgien de l’Intérieur a rétorqué que la police avait fait “un usage de la force proportionné et utilisé des moyens spéciaux”.  

Cette action de la police est intervenue après la démission jeudi du Premier ministre, Giorgi Gakharia, qui a mentionné un désaccord au sein du parti au pouvoir sur l’application de la décision judiciaire, rendue la semaine dernière, de placer M. Melia en détention.  

L’opposant est accusé d’avoir organisé des “violences de masse” pendant des manifestations d’envergure en 2019.

L’ambassadeur français, Diego Colas, a dit à l’AFP qu’il suivrait “avec une grande attention” la façon dont Nika Melia sera jugé, attendant “un respect de la procédure et des droits de la défense” et de “tout ce qui contribue à la désescalade”.

 

Source: L’Express

Print Friendly, PDF & Email