Turquie: à Istanbul, la jeunesse universitaire se lève contre Erdogan

Les étudiants et professeurs de l’université du Bosphore se mobilisent contre la nomination par le président turc d’un nouveau recteur issu de son parti, rapporte L’Express dimanche 24 janvier.

La nomination, par décret présidentiel, le 1er janvier, de Melih Bulut, nouveau recteur de l’université du Bosphore, a été perçue comme la provocation.

2000 étudiants se sont rassemblés le 4 janvier devant l’université. Depuis, le mouvement estudiantin se poursuit et s’étend à d’autres facs.

“C’est un lieu qui continue à former des gens, lesquels considèrent que la liberté et la démocratie sont des valeurs centrales”, explique Can Candan, professeur de cinéma. “C’est très irritant pour le gouvernement, qui demande une obéissance aveugle et veut promouvoir le culte du leader unique et infaillible.” D’après le professeur, “il est difficile de prédire quelles formes et quelle ampleur le mouvement prendra. Mais deux choses sont certaines. La première, c’est qu’il existe aujourd’hui en Turquie une jeunesse connectée, ouverte sur le monde, qui connaît ses droits et entend les faire respecter. La seconde, c’est que le courage est contagieux.”

La crainte d’une propagation de la contestation inquiète notamment Devlet Bahçeli, allié du président Erdogan et leader du parti d’extrême droite MHP, qui y voit un “vil scénario venu de l’étranger pour briser la concorde nationale”. Selon lui, “il faut écraser ce complot qui tente de créer une nouvelle révolte de Gezi”.

 

Source: L’Express 

Print Friendly, PDF & Email