Militantes kurdes assassinées en 2013: des milliers de manifestants réclament justice

Plusieurs cortèges se sont élancés ce samedi 9 janvier, en hommage aux trois militantes kurdes assassinées à Paris le 9 janvier 2013. Selon les manifestants, les services secrets turcs du MIT et le président Recep Tayyip Erdogan sont derrière cet assassinat, rapporte Ouest-France samedi 9 janvier.

Sakine Cansiz, 54 ans, une des fondatrices du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Fidan Dogan, 28 ans, et Leyla Saylemez, 24 ans, ont été tuées le 9 janvier 2013 de plusieurs balles dans la tête.

À Paris, les manifestants défilaient depuis la gare du Nord jusqu’à la place de la République.

“Erdogan terroriste”, “Stop Erdogan” lançait la foule où des militantes féministes et plusieurs élus de gauche défilaient également.

“Nous dénonçons un assassinat politique et aussi un féminicide. Erdogan et sa petite clique sont venus faire le ménage et on essaie de nous faire oublier ce crime inacceptable qui s’ est passé en France”, affirme à l’AFP Yekbun Eksen, membre du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F) et organisateur de la manifestation.

D‘ autres manifestations se déroulaient simultanément dans plusieurs villes françaises: 300 personnes à Rennes, 180 personnes à Strasbourg selon la préfecture et environ 250 personnes à Marseille pour réclamer la “fin de l’impunité de ces crimes politiques”.

 

Source: Ouest-France

Print Friendly, PDF & Email