L’oeil de Reza sur la planète: le photographe français à propos de la guerre au Haut-Karabakh

Reza Deghati, célèbre photographe franco-iranien, était encore tout récemment sur la ligne de front dans le Haut-Karabakh, témoin du conflit entre les azerbaïdjanais et les arméniens. Il partage son expérience sur TV 5 Monde:

“J’avais couvert en 1992 la première guerre du Haut-Karabakh. Comme j’avais vu les massacres commis par les forces arméniennes et toutes les souffrances du peuple azerbaïdjanais, j’ai essayé de transmettre ça dans les médias et quand il y a eu la deuxième guerre aussi, évidemment, pour garder une balance, parce que toutes les médias ici, en France, malheureusement, ils ont seulement et seulement essayé de se pencher la situation du côté arménien. Et du côté azerbaïdjanais, il y avait un seul photographe, moi. Mais de l’autre côté, on avait une centaine de journalistes et photographes. Donc, j’ai fait ce que je fais souvent : je vais dans les endroits où un peuple a besoin que sa voix soit entendue.”

Dans la ville de Barda, Reza Deghati a photographié les funérailles d’un employé de banque qui a trouvé la mort à la suite d’ une attaque à la bombe à fragmentation perpétrée par les forces arméniennes, ce qui est complètement interdit par la Convention de Genève. 21 personnes ont été tuées. “Ce garçon était un employé de banque. Il y avait des clients de banque qui fumaient des cigarettes à l’extérieur. Quand l’employé a entendu les bruits, afin de protéger les clients il est sorti en disant: Rentrez! J’entends les bruits!” Il a fait rentrer les clients et c’est lui qui a pris un éclat de cette bombe interdite”.

Une autre photo de Reza Deghati montre un repas partagé des fidèles de la religion musulmane et du judaïsme: “Une des raisons pour lesquelles je vais en Azerbaïdjan, pour lesquelles je montre l’Azerbaïdjan, c’est que c’est un des pays rares musulman dans lequel il y a une tolérance religieuse qu’on ne trouve pas même en Europe. Sur cette photo vous voyez le lendemain de Pessah, la Pâque juive, et l’imam de la mosquée voisine est allé rendre visite dans la synagogue. Les fidèles de deux religions différentes ont partagé un repas ensemble.”

Le photographe a présenté son livre “L’œil de Reza. 10 leçons de photographie”. “L’œil de Reza” est un ouvrage où les photographies de Reza et les textes de son épouse Rachel Deghati sont combinés: “Le plus important dans la photographie, ce n’est pas la technique photographique, c’est le regard, c’est la pensée, c’est le sens d’une photographie, c’est la réflexion, c’est la réponse sur la question “pourquoi on fait cette photo ? Cela on explique dans ce livre”. 

L'oeil de Reza sur la planète

 

Source: TV5 Monde

Print Friendly, PDF & Email