Début de discussions entre la Turquie et la Grèce sur l’exploration d’hydrocarbures en Méditerranée orientale

La Turquie et la Grèce ont entamé, lundi 25 janvier à Istanbul, des discussions pour régler leur différend concernant l’exploration d’hydrocarbures en Méditerranée orientale, a fait savoir Le Monde.

La délégation de diplomates grecs a été reçue par le vice-ministre des Affaires étrangères turc, Sedat Onal, au palais de Dolmabahçe. 

Aucune avancée majeure n’est attendue à l’issue des pourparlers. Athènes souhaite discuter uniquement de la délimitation du plateau continental de ses îles en mer Egée, tandis qu’Ankara veut élargir les pourparlers à la définition des zones exclusives économiques et de l’espace aérien des deux pays.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Çavusoglu, a dénoncé vendredi les “provocations” d’Athènes, qui a évoqué le doublement de l’étendue de ses eaux territoriales en mer Egée. 

Son homologue grec, Nikos Dendias, a pour sa part relativisé l’importance de ces contacts, insistant sur le fait qu’il ne s’agissait “pas de négociations” officielles, mais de discussions “informelles”.

En dépit de ces désaccords, l’Union européenne a favorablement accueilli la reprise du dialogue entre les deux pays, y voyant un “signal positif” pour les relations entre Ankara et Bruxelles après des mois de tensions. En décembre, les dirigeants de l’UE, réunis en sommet à Bruxelles, avaient décidé de punir les actions “illégales et agressives” de la Turquie en Méditerranée contre la Grèce et Chypre. 

Pour nombre d’analystes, la Turquie s’efforce d’apaiser les tensions avec l’Europe en raison de ses difficultés économiques, aggravées par la pandémie due au nouveau coronavirus, et à cause de l’élection aux Etats-Unis du président Joe Biden. 

 

Source: Le Monde

Print Friendly, PDF & Email