Le ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères exprime son mécontentement à l’égard de l’UNESCO

La protection du patrimoine culturel en Azerbaïdjan est l’une des orientations importantes de la politique de l’État, a déclaré le ministère des Affaires étrangères du pays.

Selon un communiqué publié mardi 22 décembre sur le site officiel du ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, la déclaration de l’UNESCO ne correspond pas à l’esprit de coopération entre l’Azerbaïdjan et cette organisation.

Le ministère a rappelé que la partie azerbaïdjanaise avait toujours été partisan de la coopération avec l’UNESCO, du respect des obligations découlant des conventions dont elle était partenaire et, en particulier, en matière de protection du patrimoine culturel.

“Au fil des ans, notre pays a apporté une contribution significative aux activités de l’organisation pour la restauration et la protection du patrimoine culturel à la fois en Azerbaïdjan et à l’échelle mondiale”, indique le communiqué.

Le ministère des affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a souligné que la protection du patrimoine culturel en Azerbaïdjan était l’un des domaines importants de la politique de l’Etat.

“Nous constatons avec regret que nos appels à l’UNESCO pour qu’elle enquête sur des crimes de guerre tels que l’agression militaire de 30 ans de l’Arménie contre l’Azerbaïdjan et l’occupation de nos terres, la destruction, l’appropriation, la modification de la nature de notre patrimoine culturel, l’exportation illégale des biens culturels de notre pays, ont été ignorés, et le Secrétariat de l’UNESCO n’a pas fait preuve de détermination à cet égard”, indique le communiqué.

L’organisation a été informée à plusieurs reprises de la proposition de la partie azerbaïdjanaise d’envoyer une mission de l’UNESCO dans la région du Haut-Karabakh et dans les régions adjacentes de l’Azerbaïdjan, a souligné le ministère des Affaires étrangères.

Le ministère a attiré l’attention sur le fait que le ministère de la Culture avait entamé un contrôle préliminaire du patrimoine culturel sur les terres azerbaïdjanaises libérées de l’occupation, dont les résultats ont été officiellement présentés à l’UNESCO. En particulier, le rapport contient des photographies montrant la destruction de tous les monuments religieux et culturels azerbaïdjanais dans les territoires occupés par l’Arménie, y compris la profanation de mosquées.

“Nous espérons que l’UNESCO ne gardera pas le silence sur les crimes de guerre, dont les faits ont été reflétés dans le rapport de suivi. Nous pensons que l’UNESCO doit s’acquitter de sa mission de manière indépendante et objective et éviter la politisation de la question de la protection du patrimoine culturel. La fourniture de telles déclarations à la presse par l’UNESCO ne correspond pas à l’esprit de coopération entre l’Azerbaïdjan et cette organisation”, a conclu le ministère.

 

Source: Ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan

Print Friendly, PDF & Email