Le Haut-Karabakh passe sous contrôle azerbaïdjanais, les Arméniens sur le départ

Après la signature d’un “cessez-le-feu total” mettant fin à six semaines de combats meurtriers, les forces arméniennes devaient commencer à se retirer dimanche 15 novembre de la région de Kalbajar, près du Haut-Karabakh. Une partie de la région revient sous le contrôle de Bakou, après des négociations sous l’égide de Moscou, a fait savoir France 24.

Le district de Kalbajar était peuplé, avant les déplacements de populations liés à la guerre des années 1990, quasi exclusivement d’Azerbaïdjanais, le gouvernement arménien ayant ensuite financé l’installation de familles arméniennes dans la zone.

Samedi 14 novembre, avant de partir, les arméniens ont incendié des dizaines de maisons dans la région de Kalbajar. 

L’accord de paix prévoit la présence au Haut-Karabakh de forces de maintien de la paix russes, qui sont arrivées dès vendredi à Stepanakert, qui reste sous contrôle arménien. Les autorités locales ont appelé des habitants à rentrer au plus vite mais la quasi-totalité des magasins sont encore fermés. Internet n’y fonctionne toujours pas, et les téléphones portables accrochent désormais les opérateurs azerbaïdjanais.

Les troupes russes y sont présentes, notamment à un gros carrefour sud-ouest de la ville, à la faveur de l’accord de paix qui prévoit le déploiement de près de 2 000 soldats de Moscou avec des engins blindés et des hélicoptères.

Des soldats russes ont pris position samedi 14 novembre au monastère de Dadivank dont les autorités arméniennes ont dit craindre qu’il ne soit dégradé ou profané par les forces azerbaïdjanaises. Samedi soir, d’ultimes célébrations y ont eu lieu. “Je n’ai pas l’intention de partir dimanche”, a assuré à l’AFP le père Hovhannes.

Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a de son côté indiqué à son homologue russe Vladimir Poutine, lors d’une conversation téléphonique, que les églises revenant sous le contrôle de son pays seront “protégées par l’État” et que “les chrétiens pourront continuer à les utiliser”, selon le Kremlin.

Le processus d’évacuation des corps autour de la ville de Choucha , voisine de Stepanakert mais sous contrôle azerbaïdjanais, se poursuivait par la Croix-Rouge, sous la protection des soldats russes, selon l’AFP.

 

Source: France 24

Print Friendly, PDF & Email