L’Arménie est mécontente de l’accord de cessez-le-feu au Haut-Karabakh

En Arménie, c’est la colère qui domine après l’accord de cessez-le-feu conclu sous l’égide de Moscou au Haut-Karabakh. Les manifestants réclament la démission du Premier ministre Nikol Pachinian. L’Arménie commence son retrait de l’Azerbaïdjan.

Arthur Fichier, correspondant TV5 Monde à Erévan rapporte dimanche 15 novembre:

“A l’annonce de cet accord le siège du gouvernement avait été saccagé par des opposants accusant le Premier ministre Pachinian de traîtrise. Ces derniers jours plusieurs manifestations pacifiques cette fois, ont eu lieu, place de la Liberté et devant le parlement, sans, toutefois, rassembler plus de quelques milliers de personnes. Ce samedi, des membres de l’opposition ont été, par ailleurs, arrêtés. Humilié et meurtri, le peuple arménien veut essayer d’éviter de se diviser en plein crise économique et sanitaire, et veut surtout consolider les acquis démocratiques de la révolution de velours de 2018”.

Arthur Fichier a également abordé la question des réfugiés: “Il faut bien distinguer deux zones. La première zone correspond au sept districts entourant la république autoproclamée du Haut-Karabakh. Il s’agit, en fait, d’une zone tampon que les arméniens occupaient depuis 1994. Cette zone revient à Bakou. Ici, tous les habitants ainsi que les forces arméniennes devront progressivement fuir d’ici le 1er décembre pour la région de Latchine et d’ici le 25 novembre pour celle de Kalbajar qui a obtenu un délai supplémentaire ce dimanche. La seconde zone est la République autoproclamée du Haut-Karabakh elle-même, ce coeur historique du Karabakh, à l’exception de sa portion sud – la ville de Choucha ayant été libérée par Bakou pendant la guerre, dans le périmètre qui sera laissé aux arméniens, six heures de la capitale Stepanakert et la région de Martakert, les déplacés ont le droit de revenir mais alors que les deux mille soldats russes de maintien de la paix ont commencé à y stationner il est difficile d’imaginer un retour massif d’une population traumatisée et encerclée par les azerbaïdjanais”. 

Arménie : entre colère et incompréhension

 

Source: chaîne Youtube de Tv5 Monde

Print Friendly, PDF & Email