Jean-Yves le Drian continue de coopérer avec le ministre arménien des Affaires étrangères au sein du conflit du Karabakh

A l’émission “Questions au gouvernement” sur la chaîne “Public Sénat” jeudi 12 novembre, le Ministre de l’Europe et des Affaires Étrangères, Jean-Yves le Drian interpellé par le sénateur Gilbert-Luc Devinaz qui accusait la France et l’Union Européen d’être “hors-jeu” au Haut-Karabakh, a déclaré: 

“Je m’entretiens avec mon collègue arménien Zohrab Mnatsakanyan (Ministre arménien des Affaires étrangères) sur la situation et son message c’est que la France reste dans sa responsabilité de coprésident du Groupe de Minsk parce que nous avons besoin d’elle. Et moi, je travaille avec Zohrab Mnatsakanyan. 

Par contre, c’est une bonne chose qu’il y ait le cessez-le-feu. il faut que ce cessez-le-feu soit respecté. Cette guerre a été meurtrière. Les combats ont maintenant cessé, il faut que s’ouvrent les discussions sur la base du cessez-le-feu pour faire en sorte qu’un vrai règlement du conflit dans le Haut-Karabakh puisse se tenir sur le long terme. Cette discussion se passe sur l’initiative de trois coprésidents: Sergueï Lavrov, Mike Pompeo et moi-même. Elle se fera à Moscou au cours de la semaine prochaine et ensuite à New-York aux Nations-Unis, et cette initiative est l’appui des autorités arméniennes. Par contre, il faut assurer non seulement que le cessez-le-feu soit totalement respecté mais que les combattants étrangers soient exclus de la zone et que les réfugiés puissent revenir dans leurs lieux d’habitation”.

Les chefs d’Etat de la Russie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan – Vladimir Poutine, Nikol Pachinian et Ilham Aliyev, ont adopté une déclaration commune sur un cessez-le-feu au Karabakh. Selon la déclaration du Président de la Fédération de Russie, un cessez-le-feu total au Haut-Karabakh est entré en vigueur le 10 novembre. La partie arménienne a accepté un certain nombre de concessions territoriales.

 

Source: Public Sénat (chaîne de télévision)

Print Friendly, PDF & Email