Haut-Karabakh: Paris veut revenir dans le jeu

La France souhaite un règlement politique et soutient une mission de l’Unesco pour protéger le patrimoine, rapporte Le Figaro vendredi 20 novembre.

Selon l’entourage d’Emmanuel Macron, le président a eu “une quinzaine de longues conversations” téléphoniques avec Vladimir Poutine, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliev, et le premier ministre arménien, Nikol Pachinian. Le chef de l’État a aussi évoqué le dossier avec le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, de passage à Paris cette semaine, et avec le président élu Joe Biden.

Paris envisage trois niveaux d’intervention: politique, humanitaire et culturel. Politiquement, il s’agit d’intercéder en faveur d’une “solution négociée entre les parties” sur les enjeux comme le statut international du Haut-Karabakh, le retour des réfugiés, les mécanismes de contrôle de la trêve.

Sur le terrain humanitaire, la France demande que plus de 120.000 Arméniens chassés par les combats puissent retourner chez eux – même si beaucoup ont préféré incendier leur maison plutôt que la laisser à l’ennemi. Un avion-cargo chargé de 20 tonnes d’aide gouvernementale partira pour Erevan ce dimanche.

La préservation du patrimoine culturel et religieux, enfin, “tient énormément à cœur” au président français. Il a reçu jeudi Audrey Azoulay, la directrice générale de l’Unesco, dont il soutient l’initiative: mettre sur pied une mission “d’inventaire” composée d’experts internationaux, afin de vérifier l’état des sites culturels et religieux, chrétiens mais aussi musulmans – qui, même s’ils ne figurent pas sur la liste du patrimoine mondial, “doivent être protégés et transmis aux générations futures”, dit Mme Azoulay.

 

Source: Le Figaro

Print Friendly, PDF & Email