À Stepanakert, le désarroi des déplacés de guerre

A Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh, des déplacés arméniens du conflit avec l’Azerbaïdjan vivent au jour le jour, dans le désarroi, rapporte TV5Monde dimanche 29 novembre.

Près de 20.000 sont retournés depuis l’accord de fin des hostilités signé le 9 novembre. Mais entre les territoires reconquis par les Azerbaïdjanais lors des six semaines de combats et ceux qui leur sont restitués selon l’accord, de nombreux Arméniens ont tout perdu.

A Stepanakert, plusieurs hôtels ont été mis provisoirement à la disposition des déplacés et chaque jour, ils sont des centaines à faire la queue pour obtenir de la nourriture distribuée par la Croix Rouge.

Le journaliste de l’AFP, Emmanuel Peuchot a rencontré des déplacés arméniens.

Elmira Grigorian, 70 ans, vient de récupérer un petit sac en plastique rempli de pâtes, sucre, conserves, gâteaux… Elle habitait dans un village à la limite du district de Martouni et de celui d’Aghdam, rétrocédé à l’Azerbaïdjan le 20 novembre. “Nous sommes partis en abandonnant tout”, raconte la septuagénaire.

Marine Sargassian, 55 ans, sa belle-fille Angelika Astribabaïan, 23 ans, son garçon de 3 ans et sa fillette de 6 mois occupent provisoirement une chambre sans fenêtre et avec trois lits dans un hôtel modeste. Ils habitaient Choucha, à huit kilomètres de Stepanakert, reprise par les troupes de Bakou le 8 novembre, la veille du cessez-le-feu.

“C’est terrible d’être réfugiés surtout quand vous avez des enfants petits”, dit Angelika. “Actuellement je dispose de 5.000 drams (moins de 10 euros) pour les prochains jours. Mais après je ne sais pas comment je ferai”, ajoute-t-elle.

Dans un petit marché couvert de la capitale, Nelson Arian, 47 ans, travaille sur un étal de viande. 

Il a été embauché récemment ici. “L’Etat nous apporte son aide, mais nous devons nous-mêmes trouver du travail, ne pas dépendre que de l’Etat”, explique-t-il. “Si vous avez des bras et des jambes solides, alors vous devez travailler”, ajoute-t-il.

 

Source:  TV5Monde

Print Friendly, PDF & Email